La fontaine du Vaulmier
Zoom sur la vallée > Le Vaulmier

La fontaine du Vaulmier est une halte dans ce petit village.
Ci-dessous un article écrit par Suzanne DUEZ en 2011, native du Vaulmier. Elle nous a malheureusement quittés depuis et je lui dédie cette page.

En traversant Le Vaulmier, si on ralentit comme l’exige la traversée de tout village, on a le temps d’admirer sa place, ses maisons construites en « granite  à points blancs » qui l’illuminent, son église et son clocher.

Puis, votre regard s’attarde sur la fontaine joliment fleurie du centre de la plac


Regardons cette fontaine en fonte sur son socle en pierre offerte en 1894 par Barthélémy Dupuy, maire comme l’indique une plaque.
Sur une autre plaque, on trouve le sigle « R.F. » et l’altitude de la place située à 840 m.
Sur la photo de droite, on peut lire l’inscription : «Travaux d’adduction et d’érection exécutés avec le produit d’une souscription 1894.

Elle a fière allure avec ses trois bassins, son jet d’eau, ses angelots, ses visages joufflus et ses quatre tortues qui crachent de l’eau.

tortue, fontaine Le Vaulmiermage title

Elle fut jadis offerte par un ancien maire du Vaulmier : Barthélémy DUPUY (1838-1917).
Savant émérite et maire du Vaulmier de 1887 à 1898, il avait une maison à la Sabie mais résidait souvent à Paris où ses recherches le conduisaient. En effet, riche d’une double formation de médecin et de pharmacien, il a fait de nombreuses recherches sur les acides organiques, les glucosides, l’antipyrine (1), sur de nombreuses plantes comme l’absinthe, l’arsenic mais aussi les fougères, le cresson et la bruyère.

Il publia deux volumes sur les alcaloïdes (2) et dirigea aussi une importante maison de produits pharmaceutiques. Il était membre des académies de médecine et des sciences, lauréat de l’institut et Vice-Président de la Société de la Haute-Auvergne à sa création.
Souvent médaillé, c’était un homme de sciences de tout premier ordre que Le Vaulmier peut être fier d’avoir eu comme maire. C’est lui qui a marié mes grands-parents en 1896.
Jean-Baptiste Rames, le grand géologue, avait raison de dire de lui : « 
Barthélémy DUPUY est l’idéal du savant modeste et de l’homme heureux ». Mais comment ne pas l’être au Vaulmier !!!


Au début du XXème siècle, cette place était très fréquentée. Sur les cartes postales ci-dessous, on reconnaît la fontaine mais son emplacement semble différent par rapport à la route.