Le château de la Borie à Saint-Vincent-de-Salers
Zoom sur la vallée > Les châteaux

Le château de la Borie,a probablement été bâti par Géraud I du Fayet au XVème siècle.

Sur les anciennes cartes postales, on peut lire "château de la Borie" ou "château de la Tour"

Ce château appartient à la famille du FAYET de la TOUR qui prit indifféremment au cours des siècles le nom de La Borie ou du FAYET de la TOUR, et qui compte parmi les plus anciennes d'Auvergne.

Il se compose d’un corps de logis, flanqué au midi d’une grosse tour carrée, et au nord, d’une tour ronde entièrement occupée par un escalier à vis. Sur le côté, on distingue les anciennes écuries.

Les trois photos ci-dessus sont issues de la photothèque des archives du Cantal

Les fenêtres, petites ou grandes sont presque toutes à piédroits moulurés ainsi que la porte d’entrée dans la tour ronde, qui est surmontée d’un tympan en arc brisé sur lequel est sculpté le blason de la famille du Fayet de la Tour :
"D’azur à la tour crénelée d’argent maçonnée et ajourée de sable adextrée d’un croissant d’argent et senestrée d’une étoile d’or »

Dans le jardin, côté Ouest, et contre le château, s’élève une porte armoriée en pierre sculptée.
Coté Nord, aux armes des Familles du Fayet de la Tour, de Roquemaurel, d’Apchon, de Tournemire et de Tautal;
Côté Sud, aux armes d’un Genouillac, grand maître de l’artillerie.


Il y a dans une des salles basses des restes de peintures à fresques représentant les écussons de la maison du Fayet de la Tour et des familles avec lesquelles elle avait contracté des alliances. La plus grande partie de ces peintures est aujourd’hui effacée.
La grande salle est ornée de bas-reliefs représentant divers épisodes de l’Ancien Testament. Ces boiseries, bien conservées, semblent dater du XVIIème siècle.


Au 1er étage, 2 chambres ont leurs cheminées revêtues de très belles boiseries également du XVIIème siècle.
Au rez-de-chaussée, le plafond est constitué de pierres très anciennes toutes marquées d’un signe pour certainement identifier leurorigine.

HISTORIQUE

Avant que ce château ne fut construit au XVème siècle, il semble qu’il existait un autre château datant au moins du XIIIème siècle puisqu’une note de 1267 nous apprend que "le château de SAINT VINCENT est redevable jour et nuit à l’évêque de Clermont".
On retrouve la même origine au bois du Fayet, près de Cotteughe, dans lequel il y avait une tour dans les temps les plus reculés.... Guillaume de la Borie et Aymar son frère, habitaient Saint-Vincent en 1274.
Géraud du Fayet ou de la Borie, écuyer, acquit en 1422 le fief et le château de Fourmols (qui domine Colture, en haut de Mallassarte).
A partir de cette date, la filiation est parfaitement établie. Elle se divise en plusieurs branches : celle de Fourmols, de la Veyssière ,et celle de Saint-Vincent, toujours perpétuée de nos jours.

Dans le dictionnaire des familles françaises, on peut lire :

"La famille Du FAYET de la TOUR appartient à l’ancienne noblesse d’Auvergne. On trouvera sur elle des renseignements dans les différents ouvrages de Bouillet, Tardieu, Lainé et le Docteur de Ribier.On trouvera enfin dans " le nouveau d’Hozier" les preuves de noblesse qu’elle fit au XVIIIème siècle pour obtenir l’admission de plusieurs de ses représentants à l’école militaire ou à la maison de Saint-Cyr.La famille Du FAYET semble avoir eu pour berceau la commune de TRIZAC sur le territoire de laquelle il existe encore les ruines d’une vieille tour du Fayet"...Elle a fourni des officiers de mérite, et des chevaliers de Saint-Louis."

Dans " histoire généalogique de la maison Du Fayet de la Tour" écrite par le Capitaine Etienne Du Fayet de la Tour en 1937, nous pouvons lire les informations suivantes sur l’origine de la famille Du Fayet de la Tour.
Ce document, très intéressant nous a permis de connaître plus en détail la vie des châtelains qui se sont succédés au château de la Borie à St Vincent.

Le berceau de la famille Du Fayet de la Tour semble être placé au "repaire" du Fayet sur les bords du ruisseau du Marlhiou (paroisse de Trizac), où on apercevait autrefois les ruines d’une vieille tour appelée "la tour du Fayet", ruines d’un château placé sur un rocher d’où l’on dominait un passage très fréquenté.
Durant la guerre de cent (vers 1369), les anglais démantelèrent les tours du Fayet, ainsi que celles du Vaulmiers (2).

D’après une étude de M. Delalo sur Le Falgoux, le Vaulmier et St Vincent, "un aveu et dénombrement" donné au Roi par Messire Louis, Chevalier,Seigneur d’Apchon des 26 août et 4 septembre 1699, dit ceci :

"Le quartier et seigneurie du Fayet où il y avait autrefois un château sur un rocher, le dit quartier composé des villages du Fayet, Chamblard, Fontrouge etde las Broas, le tout de la haute justice, moyenne et basse, et seigneurie du Vaulmiers, qui était autrefois un fief de la terre d’Apchon, et y a été réunipar acquisitions....".

Quoi qu’il en soit, dès la fin du XIIIème siècle, nous voyons la famille Du Fayet de la Tour établie au lieu de St Vincent, qu’elle n’a plus quitté depuis lors.

Grâce à Généanet sur internet, nous avons remonté le temps et reconstitué la lignée des châtelains du château de la Borie de père en fils.

Vers 1407, naît à St Vincent Géraud I Du Fayet de la Tour, seigneur de la Borie mais également seigneur de Cottheuge (1).
Il assiste a une enquête concernant la construction des fortifications de Salers. Il était procureur du seigneur d’Apchon en 1426.

Son fils Géraud II, né vers 1437, écuyer, épouse Florence de Tournemire. Il a, en 1456, une transaction au sujet de Cotteughes avec Jean d’Apchon. La mention "décédé au château du Vaulmier" nous rappelle qu’il existait un château autrefois au Vaulmier (2).

Le 2ème fils de Géraud II, Naudin, né vers 1467 épouse Catherine d’Apchon.

Leur fils Guy ou Guinot, né vers 1497, seigneur de la Borie se marie avec Françoise de Valrus.

Nous avons plus d’informations sur le fils de ce couple, François I, né vers 1527. Il est chevaux-léger du Roi en 1575, écuyer, seigneur de la Borie, il sert le Roi Henri IV au camp de Villepreux en 1581 puis dans la compagnie Rastignac en 1593. Il a épousé Marguerite de la Reynerie.

Son fils Jean, né en 1557, épouse Anne Faydit-de-Chalendras. Il sert dans la Compagnie de Biron puis dans celle du Comte d’Auvergne en 1583 et celle de Rastignac en 1593.

Vers 1616, nait François II, fils de Jean, qui épouse Louise de Tautal. Il sert le Roi dans la compagnie des chevaux-légers de M. de Richardie, puis celle de Rochein. Il est maintenu dans sa noblesse le 5/01/1667. Il participe au Siège de Salse puis aux guerres de Bordeaux et en tant que chevau-léger de la Compagnie de Soursac, il participe au siège de Dôle.

Son fils François III né en 1654 se marie avec Françoise de Roquemaurel.

Leur fils Christophe, né en 1687, épouse Isabeau de Broquin de Manclaux. Ils auront 17 enfants. Il est seigneur de la Borie, de la Tour, de Manterolles, de la Bastide, écuyer, page de la petite écurie du Roi et chevaux-léger.
En 1718, il est le parrain des deux nouvelles cloches de l’église de St Vincent avec sa mère.
En 1746, il achète le domaine et la montagne de Condamine et doit verser au titre de l’impôt du dixième, la somme de 168 livres pour ses domaines du Coudonnier, Espinouze, Maleprade et autres...

Le dernier fils de Christophe, Jean-Baptiste né en 1741 épouse Jeanne de Ribier. Il meurt en 1817.

Son fils, Jean-Baptiste, né en 1783 s’est marié avec Colette Delzangle de la Batide. Il sera Maire de St Vincent de 1815 à 1830 puis de 1836 à 1848. En 1815, il achète le Suc de Gromont, puis en 1822, le domaine de Lestrade, en 1834 le domaine de Sarlat.
A titre d’ancien garde d’honneur, il a reçu la médaille de Ste Hélène.

Son fils Firmin, né en 1818, (Le chevalier) à St Vincent épouse Jeanne de LALO. Il sera à la suite de son père, maire de St Vincent de 1848 à 1878 et de 1888 à 1893.

Henri, un des fils de Firmin sera maire de St Vincent à son tour de 1893 à 1896. (un article lui sera consacré).

Un des arrières petit-fils d’Henri, est aujourd’hui le propriétaire du château de la Borie.

L’histoire généalogique citée ci-dessus nous a permis de vérifier l’exactitude des faits mentionnés.


Sources : Généanet (Amaury du Fayet de la Tour).