Les croix de nos villages
Le patrimoine > Les croix

Survivances millénaires de symboles sacrés, bornes divinisées ou repères pour les habitants et les voyageurs, les CROIX sont nombreuseset de toutes les époques. Elles étaient sensées protéger un endroit et avaient toujours une signification particulière.
La vallée du Mars est riche de ce patrimoine à la fois religieux et populaire, qui veille sur les sommets, les ponts, les fontaines, les chemins et les places de nos villages.
La Révolution fut une période sombre, divers décrets ordonnant la destruction pure et simple des croix de chemins, en même temps que clochers et chapelles vicinales. Ces prescriptions seront relativement suivies. A partir de 1801 on répare et on relève les monuments.

CROIX DES CHEMINS ET DES CARREFOURS

Image title



Les routes étaient peu sures autrefois, et la croisée des chemins était considérée comme un lieu de mauvaise rencontre possible.On y a placé des calvaires et des croix pour "éloigner les mauvais esprits".

Dans la commune de St VINCENT, avant d'arriver au Bancharel la-haut, à l'abri des regards, sur l'ancienne route qui reliait St VINCENT au VAULMIER, on peut distinguer sur une petite roche la croix de Maganeuil (croix de mauvaise nuit).
Une légende raconte qu'autrefois, on enterrait là les enfants morts sans baptème, et que, si l'on se promenait la nuit aux alentours de cette croix, on pouvait entendre des voix murmurer "ton parrain ! mon parrain !" et pour avoir la paix, il fallait donner quelques pièces.



"Un certain nombre de croix de chemin sont aussi des croix sur la voie des morts.
De la maison du défunt à l'église paroissiale, le convoi funéraire s'arrêtait à toutes les croix et l'on récitait quelques prières appropriées".

(Extrait du site « cantal croix » texte de Pierre MOULIER)
.

A gauche, la croix de Morithie, au centre, la croix d'Espinouze et à droite la croix de Bombarre.

CROIX DE BORNAGE ET DE JUSTICE

Les croix ont servi également il y a longtemps, de bornage entre 2 propriétés.
Les croix de justice se caractérisaient par leur hauteur. Elles étaient souvent implantées à l’extérieur du village à proximité d’un gibet.

Image title



Autrefois, il y avait 2 noyers au Couderc à SAINT VINCENT, juste au dessus du Mars et de son petit pont de pierre.

ST VINCENT, il y a très longtemps, était un lieu de foire comme à Anglards ou à Trizac et les marchands, quand ils s'y rendaient avaient une bourse.
Elle était bien garnie parfois, et il ne fallait pas roder tout seul !!!

Un peu plus haut, se trouve la roche des Trembleurs parce qu'il y avait des brigands qui s'y cachaient et ils attendaient les marchands à leur retour de la foire !!!
Une année, 2 brigands se firent arrêter là, à cet endroit et les gendarmes les emmenèrent, sans procès à ces noyers du Couderc de St Vincent, ou il y a le camping aujourd'hui, et ils les pendirent haut et court !!!
Plus tard, les gens de St Vincent, ont dressé une croix, un calvaire à cet endroit.
C'est la croix du pendu

(source : livre de JF MAURY : "Contes et légendes de St Vincent de Salers" éditions Ostal del libre) 


CROIX DES PLACES

C’est sur les places des villages que la fréquentation est la plus forte car les villageois s’y rassemblent.
Les croix de place ont souvent un socle pour s’asseoir et se réunir.

Image title


Cette croix monumentale a été édifiée en 1872 en face de la première église du FALGOUX.
Lors de la reconstruction de l’église, cette croix a été déplacée et mise à sa place actuelle.
Une deuxième date (1905) a été rajoutée sur la croix.


CROIX DES SOMMETS, OU DE COMMEMORATION

Les sommets sont des endroits privilégiés où se dresse souvent une croix qui est le signe d’une protection divine sur les alentours.
Elle peut également guider un voyageur perdu ou commémorer un évènement passé que l’on ne veut pas oublier.

Nous avons l'exemple sur les monuments aux morts :

CROIX DE PROCESSIONS ET DE MISSIONS

Nos ancêtres participaient à de nombreuses processions pour commémorer des fêtes religieuses.Les croix de mission étaient souvent en bois et portaient la date de la mission.
Il en a été recensé un grand nombre dans la vallée du Mars mais elles sont souvent en mauvais état.
La dernière mission a eu lieu du 11 au 25 mai 1952.

Image title


La procession des Rogations" avait lieu 3 jours avant l’Ascension.
Au FALGOUX, le premier jour, les processionnaires se rendaient à la croix du Cher ou croix de Gutigny (photo ci-contre), le 2ème jour à la croix de la Peubrelie, le 3ème jour à la croix du Rouffier.

"Curé en tête, la procession des paroissiens traversait le terroir de part en part, s’arrêtant aux croix pour bénir les prés et les champs. Chaque journée était consacrée, en principe, à la bénédiction d’un type particulier de culture : prés, champs, vignes ou quelque autre culture secondaire. Le but était évidemment de garantir, par des prières adéquates, la prospérité de la communauté villageoise en immunisant ses diverses productions contre les attaques des forces obscures. C’est pourquoi il importait aux paysans de disposer des croix aux endroits stratégiques, certes au bord des chemins, mais donnant sur les prés et les cultures.
«Extrait du site internet « cantal croix », texte de Pierre MOULIER.

Ci-dessous, de gauche à droite :
Croix de mission St Vincent, croix de mission Colture (photo Aspect) et croix de mission Clavières (photo Aspect), toutes les trois datée de 1952.

Image title



Nous avons retrouvé une photo ancienne de 1952, date de la mission, située à Colture, dans le virage. Elle n'existe plus aujourd'hui.

Les personnes ont été identifiées de gauche à droite :
Henri FAUX,
Jean LAFARGE,
Ricou MATHIEU (assis),
Alex THESSANDIER,
Ricou DUCHER,
René JUGE
et Charlou MATHIEU assis sur le lavoir.

Merci à la mémoire collective : Mme ASTIER, Louis FAUCHER et Julou CHABANON.


CROIX DES CIMETIERES ET DES EPIDEMIES

Nous savons que les cimetières se trouvaient autrefois à proximité immédiate des églises et qu’ils ont été déplacés à la fin du XIXème siècle pour cause d'"hygiène".
Parfois la croix centrale du cimetière a été déplacée dans le nouveau cimetière, parfois elle est restée sur place et est devenue une croix d’église.

Image title

Comme on peut le voir sur cette carte postale ancienne, la croix sur socle se trouvait devant l’église,sur la place du village.
Car autrefois, quand la nouvelle route n’existait pas encore, c’était là le centre du bourg avec l’église, le château, le monument aux morts et la rue avec des boutiques (boulanger, épicier, cordonnier….)
.

Cette croix a été déplacée derrière l’église (je suppose à la même époque du « déménagement » du cimetière).

Image title


Vous pouvez voir sur les 2 photos ci-dessous le détail de cette croix qui se trouve toujours derrière l'église à la place de l'ancien cimetière :

Ci-dessous, deux autres photos illustrant des croix de cimetière et des croix d'église : A gauche devant l'église du Vaulmier, à droite, dans le cimetière de St Vincent.

Image title


Nous nous arrêterons particulièrement sur une croix remarquable, connue sous le nom de " croix des MARCHANDS DE TOILE" à Saint-Vincent.
C’est la plus ancienne de St Vincent. Elle a été restaurée et placée à côté du porche de l’église. A l’origine, elle se trouvait au bord de la route sur une pierre du talus. Elle était située à la croisée de plusieurs chemins.
Elle est en pierre et a des personnages sculptés (voir photos ci-dessous):
D’un côté le Christ sur la croix surmonté de l’inscription I.N.R.I (traduction du latin : "Jésus de Nazareth, Roi des Juifs").
De l’autre côté, une Vierge entourée de 2 têtes et surmontée d’un arc gothique.
Enfin, une paire de ciseaux apparaît au bas de la croix. Elle fait supposer l’origine des donataires : des marchands de toile.
On suppose que ces derniers se devaient de convaincre la population qu’ils ne risquaient pas d’apporter le terrible fléau avec leurs déplacements commerciaux.

(source : livre de JF MAURY : "Contes et légendes de St Vincent de Salers" éditions Ostal del libre)
.

Suite à un passage aux Archives du Cantal, j'ai eu accès au journal "Notre Dame de Lorette" et j'ai trouvé le témoignage de Soeur Marguerite qui nous permet de situer l'origine exacte de cette croix (voir article à ce sujet).

Ci-dessous photos détaillées de cette croix :

CROIX DES MAISONS, TOITS OU GRANGES

On retrouve des croix sur les toits ou sur les façades, sur les linteaux de poste aussi. Les habitants voulaient se protéger et s’entouraient d’éléments protecteurs.
C’était souvent le forgeron du village qui forgeait les croix ce qui explique les similitudes.

Image title


Malgré les apparences, les croix sur les vieux toits étaient avant tout considérées comme un signe fort pour écarter le danger etnon pas comme on pourrait le croire d’emblée comme le symbole d’affirmation de la foi des propriétaires.Frustres ou sophistiquées, les croix de pierre étaient dressées comme un rempart protecteur contre la foudre et l’incendie, les maladies et les épidémies.


La croix protectrice ne se trouve pas uniquement sur les toitures. Elle figure également gravée de différentes façons sur les linteaux de portes, de fenêtres, de portes de granges.


Les CROIX ont fait l'objet de nombreux ouvrages et de sites internet.
Pour cet article, j'ai puisé mes informations :

  • sur le site "Cantal croix" avec des textes de Pierre MOULIER
  • sur les brochures "les croix de nos villages" réalisées par l'Association ASPECT.
    Cette association a réalisé un inventaire de toutes les croix existant dans la vallée du Mars.
    Vous pouvez consulter le site internet (http://www.aspect-15valledumars.org) où toutes les photos sont répertoriées par catégorie et par village.
  • dans le livre de Jean-François MAURY "Contes et légendes de St Vincent de Salers" édition Ostal del libre pour les légendes de certaines croix.