Présentation du Falgoux
Zoom sur la vallée > Le Falgoux

En route pour le dernier village de la vallée,

Image title

Selon le dictionnaire statistique du département du Cantal établi en 1824 par DE RIBIER DU CHATELET,

LE FALGOUX dépend du Canton de Salers, arrondissement de Mauriac et possède 24 villages ou hameaux et 794 habitants.La direction est du Nord au Sud. Elle comprend une grande partie de la Vallée du Mars et est bordée au Nord par lescommunes de Colandre et du Vaulmier, à l’Est par celle de Cheylade, au Sud par celle de Mandailles et à l’Ouest par celles de Saint Paulet de Fontanges.Elle est arrosée par le Mars, rivière qui, dans tous les anciens titres est désignée sous le nom de "Mar"et dont la direction est de l’Ouest à l’Est, et par un grand nombre de ruisseaux qui se précipitent du sommet des montagnes.


Les habitants du Falgoux s'appellent les fougoniers

EVOLUTION DU NOM LE FALGOUX A TRAVERS LES AGES :

  • En 1333, dans une lettre à l’évèque de Clermont, on note LO FALGOS
  • En 1589, dans un registre du prieuré de ST VINCENT : LOS FAUGOUX
  • En 1634, dans l’état civil de Salers : LE FOUGOUS
  • En 1640, dans l’état civil de Brageac : LE FALGOUS
  • En 1651, dans les minutes d’un notaire de TRIZAC : LE FALGOUTZ
  • En 1662, dans l’état civil d’Anglards : LE FOURGOUX
  • En 1683 dans l’état civil de ST VINCENT : LE FAULGOUX

Voici un premier aperçu du bourg dans son ensemble :

L'église est le lieu central du bourg où sont rassemblées les maisons d'habitation.

La tradition rapporte que le sanctuaire primitif du Falgoux s’élevait au lieu de Nérestang et que Hugues de Nérestang, qui en était prieur en 1131, signa la donation que l’évêque de Clermont fit du prieuré de ce lieu aux Moine Bénédictins de Mauriac.
L’église fut transférée au bourg vers le XIIème siècle.
Jusque vers le milieu du XIXème siècle, le bourg était appelé par les habitants « l’église ».
Ce lieu saint fût détruit au début du XXème siècle et la nouvelle église fut reconstruite quelques mètres plus haut où elle se trouve aujourd’hui (dans un prochain article nous vous parlerons en détail de l’histoire de ces deux églises).
Le site de l’ancienne église est aujourd’hui occupé par la Mairie.

Cette ancienne implantation est visible sur le plan cadastral Napoléonien qui date de 1801.
Comme vous pouvez le voir sur les 2 photos ci-dessous, on peut noter une grande différence entre le plan cadastral de 1801 et le plan cadastral actuel.
Il est surprenant de constater qu’en 1801, il y avait très peu de maisons au bourg !!!!

Sur le plan cadastral de 1801, nous avons retranscrit le nom de quelques maisons telles que la mémoire collective nous l’a transmis (merci à JP. VERGER pour ces informations très anciennes).

JP. VERGER a travaillé sur un plan du bourg du Falgoux réalisé en 1908 par Montauriel, expert géomètre.
Nous avons répertorié les maisons avec le nom des habitants vers 1908. Nous avons distingué les maisons présentes en 1801 et existant toujours, les maisons de 1801 qui ont été détruites, et enfin les« nouvelles » maisons construites à partir de 1900 environ.

Dessin du bourg le Falgoux avec identificationImage title


1 Maison de la veuve MICHEL (descendante de Pierre VALARCHER dit « le Petiot ») 22 Maison de Jean-Marie SARRET
2 et 3 Maison et écurie de Jean VIZET (aubergiste) Hôtel VIZET 23 Maison de Pierre ESCURE (« chez le Tissier ») détruite
4 Maison de la veuve VIDAL née BORDERIE (« chez Carillon ») 24 Maison d’Eugène MAISONNEUVE (détruite)
, elle fut la Poste jusqu’en 1930 environ)
5 et 6 Maison et grange de la veuve LAVIALLE (aubergiste)
(« chez Roméo ») aujourd'hui "chez QUEUILLE"
25 Maison de LACAMP Cadet (Jean PERRET aujourd’hui)
7 Maison de la veuve LAVIALLE (« chez « le Sartre ») 26,27,28 Maison et hangars d’Antoine MATHIEU
8 Grange de Mr BORDERIE (ingénieur) 29 Maison de la veuve VIDAL née BORDERIE
(hôtel BORNE, puis hôtel PUY-MARY, habitation aujourd’hui)
9 Maison de Mr BORERIE («le château ») 30 Maison de la veuve CHANUT
10 Maison de Jean VIZET (épicerie GIBERT) 31 Maison d’André DUMAS
11 Maison de Camille YTHIER (forgeron) « la Forge » 32 Maison de Guillaume CHAMBON
12 Maison et petite grange de M. VIDAL (laitier à Paris) 33 Maison de Joseph VIZET (épicerie)
13 Maison de Jacques DUFAYET (« chez Tony ») 34 Maison de Jaimes VIDAL (« chez le chirurgien »)
14 et 15 Maison et boulangerie de Pierre FABRE 35 Maison des héritiers RONGIER
16 et 17 Maison et écurie de Pierre LABOUREL (auberge) 36 Maison avec annexe de Jean-Marie LAVERGNE
18 Maison MAISONNEUVE/CHAUMEIL (future cordonnerie)
(«chez Lavergne» en 1808 «chez le bouif» de nos jours)
37 Ecole des garçons (habitation communale aujourd’hui)
19 Maison de Jacques DUFAYET 38 La nouvelle église
20 Maison d’Antoine VIDAL (hôtel Serre aujourd’hui « l’Eterlou ») 39 La fontaine publique
21 Maison d’Eugène ALSAC «la grangeoune» 40 Le calvaire avec la croix


41 La Mairie et la poste, contruite à l'emplacement de l'ancienne église.
Devant, un parking et la place Pierre Lecure.



Nous avons retrouvé de nombreuses cartes postales anciennes qui nous donnent un aperçu du bourg du FALGOUX au début du XXème siècle.
Des photographies plus récentes nous permettent de comparer le bourg autrefois et le bourg aujourd'hui.

Vous trouverez ci-dessous des reproductions (cartes postales ou photos) identifiées par les numéros qui se trouvent sur le plan de 1908 ci-dessus et dans le tableau les répertoriant.

PLAN N°2 et N°3
Maison et écurie Jean VIZET (aubergiste). L'Hôtel VIZET est toujours là aujourd'hui.

PLAN N°4
Autrefois, "chez Carillon"
Sur la photo de gauche, vieille photo transmise par M. RONGIER, on peut voir les boeufs s'abreuver dans la fontaine, sur la place.
On peut voir, au second plan, une partie de la maison appelée "chez Carillon". Sur la droite l'hôtel VIZET.
Sur la photo de droite, "chez Carillon" aujourd'hui et la fontaine au premier plan.

PLAN N°5 et N°6
Cette maison de la veuve LAVIALLE était une auberge. Plus tard, elle a prix le nom de "chez Roméo", aujourd'hui "chez Queuille".
(photo transmise par JP. VERGER).


Image title

PLAN N°10 N°11 N°12 N°13 N°14 N°15
Sur cette photo à gauche, la rue commerçante autrefois :
l'épicerie Gibert, la forge chez Ythier, la boulangerie FABRE.

Image title

Les maisons N°12 et 13
Très anciennes,elles ont été détruites et remplacées par le foyer rural :
Sur la photo de droite, on peut voir le foyer rural jusqu'en 2013 et à sa gauche, l'ancienne boulangerie FABRE.

Depuis août 2014, un nouveau foyer rural a vu le jour intégré dans la maison du site inauguée en août 2014.


PLAN N°16 et N°17
Auberge LABOUREL 

Image titlePLAN N°20
Maison d'Antoine VIDAL. Puis ce fut l'hôtel SERRE que l'on voit sur la photo ci-contre.
Aujourd'hui "l'Eterlou" comprenant des appartements.

PLAN N°23 et N°24
Deux maisons très anciennes que l'on peut voir sur le plan cadastral de 1801.
La maison N°23 (Pierre ESCURE vers 1900) était connue sous le nom "chez le tissier" (1ère photo sur la gauche ci-dessous).
Lors des travaux de construction de la nouvelle église, puis de la construction de la Mairie sur l'emplacement de l'ancienne église, on peut la voir sur la droite.
La croix a été déplacée devant l'entrée de la nouvelle église.
La maison N°24 Maison d'Eugène MAISONNEUVE (les deux photos sur la droite ci-dessous). Elle a été également détruite.
Ce fut "la poste" jusqu'en 1930 environ.

PLAN N°29
Maison de la veuve VIDAL née BORDERIE a été successivement l'hôtel BORNE, puis l'hôtel PUY-MARY. C'était un lieu où la population se retrouvait souvent pour danser au son du violon. C'était également un arrêt autobus.

PLAN N°38 N°39 N°40
La place de la nouvelle église.
Une première carte postale très ancienne montre les villageois devant l'église à côté de la fontaine. C'était déjà un lieu de rencontre.
Sur la deuxième photo, de nouveau l'église, la fontaine et derrière l'arbre, on devine la croix.
Au fond, la mairie-poste et au premier plan à gauche, l'hôtel VIZET.

Puis, deux photos récentes où l'on peut détailler la fontaine et la croix :

PLAN N°41
Enfin, pour finir la visite de ce bourg, on terminera par la photo de la Mairie-Poste, avec au fond à droite l'épicerie VIZET.

Image title


La surface de la Commune est de 3036 ha environ.
De nombreux vestiges d’habitations aujourd’hui détruites prouvent que ce bourg a été plus considérable autrefois.
C‘est une petite commune divisée en une grande quantité de hameaux :

  • Besse, hameau situé à 2 km au nord-ouest du Falgoux. Non loin, on aperçoit les ruines de l’ancien hameau.
    Au nord-est, se trouve la grotte de l’homme noir qui surplombe une magnifique cascade.
  • Besse-vieille, hameau.
  • Escayre, anciens noms "Le Caire", "la Cayre", "Les Caires", situé sur la rive droite du Mars. Aux environs on remarque des vestiges d’habitations ce qui ferait supposer que jadis, il y eut un village.
  • La Chaze, village situé à droite du Mars à 3,2 km du bourg. Il doit son nom à un groupe de cases ou huttes bâties sur son emplacement et dont les ruines apparentes se voient encore. Non loin, existe une pierre branlante et dans le lit même d la rivière, une source d’eau minérale.
  • Le cher Soubro, village situé à 1 km à l’est du bourg, anciennement "Le Chiez", "le Chier", "le Cher". Il est construit sur une dépression de terrain d’où l’étymologie de son nom : Cher-Soubro : "amas de pierres vives en amont"
  • Le cher-Soutro, petit village situé sur la rive gauche du Mars à 3 km du Falgoux.
    Il appartenait en 1458 à Géraud du Fayet et son fils en fit cession à la maison d’Apchon.
  • Le Coin, anciennement "Le Coi", hameau situé sur une esplanade à 500 mètres au dessus du Cher-Soubro et à 1500 mètres Est du bourg. Autrefois, c’était un petit village.
  • La Combe, hameau, appartenait en 1656 à une famille Combart.
  • Le Croupou, hameau.
  • Escousseyre, hameau.
  • Fontelive, hameau. Ancien nom "Fontalive","Fontelive".Situé à 2 km au Sud du bourg est construit à gauche du Mars sur un éboulis de rochers.
  • La Franconèche, village situé à 2 km au Sud-Est du bourg traversé par le petit ruisseau que forme la belle cascade de Sailhans.
  • La Jarrige, hameau au Nord et attenant au bourg du Falgoux.
  • La Morenthie, village.
  • Le Meynial, hameau isolé sur la côte à l’Est du bourg en direction du Luchard. Ce domaine faisait partie de l’ancien fief du Sailhans.
  • La Michie, village. Ancien nom "Messie" à 400 m au nord du bourg. On a prétendu que ce hameau fut jadis un village à quelques 300 mètres du mamelon où s’élevait le manoir de Nierestang.
  • Miniou, hameau.
  • Néronne, hameau construit en 1874 au col de ce nom sur le chemin de Mauriac à Murat.
  • Neyrestan, village situé sur le ruisseau de Loudeyre, à l’Ouest du bourg. Ce village a appartenu à une ancienne famille qui habitait le Falgoux dès le XIIème siècle et dont le nom apparaît jusqu’au XVIème siècle. Le 16/08/1663, Guillaume de Fontanges vendit à Pierre Combart de La Combe le lieu et domaine de Neyrestan. On remarque près de ce village une grotte faite de main d’homme ou l’on croit voir un autel grossièrement travaillé. On pense qu’ont existé à cet endroit un château et un prieuré.
  • Le Peyrolet, village appartenant en 1666 à un nommé Pierre Meynial.
  • La Picaudie, hameau à 2,5 km à l’Ouest du bourg.
  • La Renaudie, hameau.
  • Rochemonteix, hameau. C’était le chef-lieu d’un fief fort ancien qui appartenait au début du XVème siècle à la famille de Chalvet de Rochemonteix.
  • Le Sailhans, hameau. Au jourd’hui Le salins. Ce hameau était un ancien fief que la famille De Sailhans possédait dans le XVème siècle. On voit près de Sailhans, une cascade fort remarquable.
  • Le Tahoul, village. Ancien nom : "Tagou". Village construit au tiers du versant à l’abri des vents du Nord à 3,2 km du bourg. Les communications ont été longtemps difficiles car il y avait plusieurs mois de neige.
  • Verdelon, hameau. Autrefois, "Verdougou". Hameau situé à 1200 m au Nord-Ouest du Falgoux. Ancien fief dépendant de la seigneurie d’Apchon. Pierre Combart de la Combe, propriétaire en 1665, en fit hommage au Roi le 29 août 1669.
  • Le Vizet, ancien nom "le Vizat", "Veget", petit village, n’est qu’un prolongement du bourg. Il domine de superbes prairies.
  • Le Rouffier, hameau à 1500 mètres à l’Ouest du Falgoux, au fond d’un communal assez boisé et profondément raviné, presque inaccessible.

On rencontre dans cette vallée des grottes creusées dans le conglomérat et des cascades tombant des escarpements qui existent des deuxcôtés. Un peu avant d’arriver au hameau de Besse, et près d’une fort belle cascade est la grotte de l’homme noir. Elle a 10 m de profondeu rsur 5 m de hauteur. Avant d’y arriver, on passe sous une voute naturellement formée par l’éboulement d’un énorme fragment de rocher.Des contes plus ou moins fantastiques et dont quelques-uns font encore l’objet de conversations populaires et ayant pris naissancedans les temps de superstition ont donné à cette grotte une certaine célébrité (article dans "histoires et légendes").

C’est à partir du FALGOUX qu’une végétation plus riche se fait remarquer. Les arbres fruitiers deviennent plus nombreux, le noyer commence à devenir commun. Le noisetier est présent également et son fruit récolté avec soin est converti en huile qui se consomme dans le pays.
Le terrain est très accidenté et se compose en partie de montagnes les plus élevées du Cantal.
On y remarque parmi elles le Puy de la Tourte et particulièrement le Puy Mary (1786 m).

Le haut de la vallée appelé «Cirque du Falgoux» est surplombé par de majestueux rochers : la «Roche Taillade» (1 608 m), le «Roc d'Auzières» (1 614 m), le «Roc des Ombres» (1 645 m),le "Roc du Merle" (1 347 m).

Le cirque du Falgoux (à gauche), le roc d'Auzières (à droite)

Le roc du merle (à gauche), et Roche-taillade (à droite)