Statue Notre Dame d'heureuse délivrance église de St Vincent
Zoom sur la vallée > St Vincent de Salers

Dans "le guide national et catholique du voyageur en France, avec notices religieuses, historiques..." paru en 1900, on peut lire :

"Saint-Vincent, 550 habitants.
Dans l'église se trouve une statue neuve de Notre Dame d'Heureuse Délivrance ou de Bon-Secours du XVIIIème siècle remplaçant l'ancienne qui se trouvait au château et qui avait été érigée à la suite de l'heureuse délivrance d'Ysabeau de Manclaux, épouse de Christophe de la Tour.
"

Nous avons également trouvé un article de J. Meydieu sur l'histoire de cette statue dans l'Echo Paroissial de Saint-Vincent de Salers en juillet 1910.
Ci-dessous quelques extraits :

"...La paroisse de St Vincent, disséminée sur les hauts plateaux et surtout au pied des monts dans la profonde et pittoresque vallée du Mars, qu'étreignent et dominent des pentes abruptes, tourmentées et rocheuses, a depuis longtemps voué un culte particulier à la Reine céleste, Reine de nos montagnes.
Elle l'honore sous le vocable de Notre-Dame de l'Heureuse Délivrance ou de Bon-Secours, qui est devenue la patronne secondaire de la paroisse.
Cette dévotion fut très populaire dans la contrée grâce aux faveurs extraordinaires obtenues à son origine et dans la suite.
Les vieux registres paroissiaux des reînages en l'honneur de Notre Dame d'Heureuse Délivrance en font foi.... Mais avec l'indifférence religieuse qui envahit de plus en plus nos campagnes, le culte envers Notre Dame d'Heureuse Délivrance s'est affaibli...

Image title


L'origine dans notre paroisse de la dévotion à Notre-Dame d'Heureuse Délivrance remonte au début du XVIIIème siècle. Elle est attribuée à l'une des châtelaines de Saint-Vincent, Ysabeau de Broquin de Manclaux (Trizac) qui avait épousé Christophe de la Tour, seigneur de la Borie.
Cette pieuse dame édifia ses contemporains par sa grande vertu, on la considérait comme une Sainte. Aussi son souvenir s'est-il conservé pieusement à travers les générations.
La tradition a gardé la mémoire d'un prodige très touchant : c'était par une année d'extrème disette, la bonne châtelaine de Saint-Vincent, émue des privations dont souffraient les indigents de la paroisse, puisait largement dans les coffres à grains du château et distribuait d'abondantes quantités de blé aux trop nombreux nécéssiteux....
Ysabeau de la Tour avait eu des premièrs couches très laborieuses. Dans l'une d'elles, sa vie courut le plus grand danger; mais s'étant recommandée à Notre-Dame d'Heureuse Délivrance, elle fut sauvée miraculeusement d'un incontestable péril de mort.
Pour témoigner sa reconnaissance à la Reine du ciel, elle mit en honneur à Saint-Vincent la dévotion à Notre-Dame de Bon Secours ou d'Heureuse Délivrance.

Elle eut 17 enfants et seul le dernier, grâce à la protection visible de la Sainte Vierge, put conserver le nom de la famille.

La statue primitive de Notre-Dame d'Heureuse Délivrance, de proportions plutôt exiguës, doit être assez ancienne. Ses formes indiquent une certaine antiquité.  Elle figure la Vierge présentant le divin enfant.
Remplacée à une époque indéterminée, elle fut reléguée dans un grenier. C'est là qu'elle fut retrouvée par ses héritiers et recueillie par eux. Elle est aujourd'hui gardée religieusement au château comme le plus précieux et le plus cher des souvenirs.

La statue qui est actuellement vénérée dans notre église de Saint-Vincent sous le vocable de Notre-Dame de la Délivrance est de plus grandes dimensions que l'ancienne et ne manque pas d'expression...."


Image title




Nous avons retrouvé aux archives diocésaines à St Flour, une photo représentant un porte bannière utilisé pour les processions représentant Notre-Dame d'heureuse Délivrance.

Nous ne savons pas si cette bannière existe toujours.



Nous aurons l'occasion lors d'un prochain article de vous parler des différents trésors cachés de nos églises tels que ossuaire, croix de processions, couronnes de statues, bannières...

Nous avons recueilli des photos aux archives mais ne savons pas ou ces objets sont stockés et surtout s'ils existent toujours.