Tranche de vie (1) Antoine SABATIER
La vie quotidienne > La population

.Il est intéressant de se pencher sur la vie de ceux qui ont vécu des évènements qui font partie de nos livres d’histoire, mais à des niveaux modestes comme simples exécutants. Certains d’entre eux ont reçu des récompenses en reconnaissance de leurs loyaux services.
La LEGION D’HONNEUR a été créée le 29 floréal de l’an X (19 mai 1802) par BONAPARTE, premier Consul. De 1802 à 1814. NAPOLEON fit 48.000 légionnaires dont 1400 civils. En recevant leur nomination, les nouveaux promus devaient prêter serment à l’Empereur.

Nous allons vous compter aujourd’hui, l’histoire d’Antoine SABATIER du FALGOUX, personnage anonyme de notre vallée, et pourtant il a vécu une page de l’histoire de France.

Il est né à FONTOLIVE, le 23 avril 1788. Il a quitté sa vallée pour se rendre à Paris.
Il a intégré l’armée Napoléonienne et a compté 10 années de service en tant que canonnier de l’Artillerie de Marine.
Il a été prisonnier de guerre en Angleterre pendant 5 ans et a participé à 5 campagnes.
Il s’est fait particulièrement remarquer lors de « l’affaire du 11 avril 1809 » sur le vaisseau le Foudroyant lors dela bataille navale de l’île d’Aix (11 au 14 avril 1809).
Ayant manqué son opération de secours vers la Martinique et la Guadeloupe, l’escadre de Brest se trouve bloquée en rade de l’île d’Aix le 24/02/1809.
Le Vice Amiral ALLEMAND dispose de 11 vaisseaux de ligne (dont le Foudroyant) et 4 frégates soit 1036 canons, autant que l’amiral anglais GAMBIER. Ce dernier déclenche le combat le 11 avril 1809 avec des brulots*, puis attaque la flotte française disloquée et échouée. Les navires français jettent leur artillerie à l’eau pour se déséchouer mais subissent cependant de lourdes pertes puisque trois d’entre eux sont détruits.

Cet épisode est décrit en détail dans le livre de Jules SILVESTRE «les brûlots anglais en rade de l’Ile d’Aix» dont sont extraites ces quelques lignes:
«La nuit du 11 au 12 avril avait été cruelle et pleine d’angoisses pour nos marins; elle leur parut interminable. Ils la passèrent en manœuvres difficiles et périlleuses, parant les abordages, essayant de diriger leurs vaisseaux, détournant les brûlots.
Enfin le jour paraît. On se cherche, on se trouve : tous nos navires sont là. Une joie indescriptible éclate parmi nos braves : leurs peines et leurs sacrifices n’ont pas été inutiles. Le Foudroyant est intact. Il a dû sacrifier une partie de son artillerie mais ses couleurs flotten thaut à l’embouchure du fleuve, où il s’est retiré….
Le 15 avril le Foudroyant et 2 autres navires ayant réussi à se remettre à flot , entrent en Charente.»….


* Les brûlots étaient des bâtiments chargés de matières inflammables et explosives destinés à porter l’incendie et la destruction des navires ennemis.

Pour sa conduite exemplaire lors de cette bataille et sa bravoure aux combats pendant ses 10 années de service au sein de l’armée de Napoléon, Antoine SABATIER a reçu la légion d’honneur.
Ses propriétés constituaient son moyen d’existence. Il est décédé le 27 juin 1865.